Publié : 19 octobre 2016

LES BOLOSS AU LYCÉE

Vous l’avez probablement remarqué grâce à l’écran d’accueil : des Boloss
ont envahi le lycée... Ou plutôt : ils reviennent, forts du succès de leur
aventure de l’année dernière, de leur collaboration avec une poignée
d’élèves enthousiastes au projet de réécriture des Trois
mousquetaires
d’Alexandre Dumas.

Vous l’avez probablement remarqué grâce à l’écran d’accueil : des Boloss
ont envahi le lycée... Ou plutôt : ils reviennent, forts du succès de leur
aventure de l’année dernière, de leur collaboration avec une poignée
d’élèves enthousiastes au projet de réécriture des Trois
mousquetaires d’Alexandre Dumas.
Mais quel projet au juste ? Demander à des Boloss d’encadrer une
expérience de littérature sérieuse ? Boloss des Belles Lettres, le Goût des
autres... Si vous voulez tout savoir, suivez-nous dans cette petite

interview répondant à ces questions, et même plus :

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots ces Boloss ?

- C’est une belle romance entre deux gars : Michel Pimpant et Quentin
Leclerc. Deux gars vachement complices qui ont décidé de réécrire des
classiques de la Littérature sous forme de résumés dans un langage sans
prise de tête et plein de références Pop culture, qui parlent à tout le
monde au final. C’est ce bolossage en règles et dans le respect qui a donné
naissance aux Boloss des Belles Lettres comme on les connait avec Le petit
prince d’Antoine de Saint-Exupéry par exemple... D’ailleurs, ils ont écrit
un livre de ces résumés qui, il me semble, est disponible au CDI, et ont
collaboré à des vidéos avec pour narrateur Jean Rochefort. Eh oui, c’est
énorme, et comme il faut le voir pour y croire, voici leur site : bolossdesbelleslettres.tumblr.com .

- Et lorsque vous travaillez en groupe, comment faites-vous avancer la
réécriture ? En quoi consiste-t-elle ?

- L’atelier de cette année se fera autour d’une œuvre bien connue de Jules
Verne qui est 20 000 lieues sous les mers. En fait, le projet s’articule
en 9 séances de 2h chacune, de 12h à 14h plus précisément si vous voulez
vraiment tout savoir et que vous êtes une groupie du projet.
Quant à la réécriture et au résumé qui sont une seule et même chose, il
faut dans un premier temps se mettre dans une atmosphère de Boloss,
c’est-à-dire plonger dans le plus de références cohérentes avec le bouquin
et trouver des formulations auxquelles on accroche ! Et ensuite il faudra
faire des choix sur les événements de la timeline à garder puisque le but
d’un résumé n’est pas de faire la taille du l’œuvre originale. En fait, une
grosse partie du travail est aussi de rire ensemble. Si l’on rit, c’est que
l’on approche du but et du rendu. On doit se faire plaisir dans ce projet,
sinon ça ne sert absolument à rien d’y participer...

-  Justement, pourquoi participer à ce projet une seconde fois ? Pour le
plaisir de massacrer dans ces dites règles des œuvres plus ou moins
majeures ? Pour se venger de Jules Verne ? Pour rater du cours ?

- Je pense qu’il faut mettre au clair cette histoire de cours que l’on peut
louper et pour lesquels les professeurs sont avertis... Les personnes
voient ça en général comme un avantage et oublient que derrière, les élèves
participant doivent rattraper comme ils peuvent ces dits-cours ! Que ce
soit une heure ou bien 30 minutes, on doit arriver en classe et faire comme
si de rien n’était, réussir à intégrer rapidement ce que nos camarades ont
commencé sans nous...
De plus, bonjour la motivation pour lire Jules Verne ! *20 000 lieues
sous les mers *étant tout de même un livre assez imposant il faut se le
dire, ça peut couper l’envie de le dévorer pour certains. Les lycéens qui
avaient travaillé sur le projet l’année dernière des Trois mousquetaires
avaient déjà lu plus gros et savaient à quoi s’attendre pour le coup. Mais
au final il est important de remarquer que la grosse majorité des
collaborateurs avec les Boloss ont adoré ce pavé mythique.
Et pour ce coté vengeance et bolossage barbare... Ça ne reflète pas
l’esprit Boloss des Belles Lettres. Comme je viens de dire il faut déjà
aimer lire des classiques parfois énormes pour les travailler ! Et en
passant des heures à le résumer, on est plongé dedans avec nos camarades,
Michel, et Quentin, à s’en noyer. Il y a un grand respect dans l’oeuvre
originale et au final un sentiment qui nous crève le cœur de devoir choisir
quelles parties seront traitées et lesquelles seront passées à la trappe.
On peut dire que c’est un genre de Je t’aime - Moi non plus au final !

- Nous avons vu l’année dernière que la finalité du projet est de faire une
représentation au Magic Mirror dans le cadre d’un festival... Pour ceux qui
n’ont pas pu y assister, pouvez-vous expliquer en quoi cela consiste ?

- Tout d’abord, le Goût des autres est un festival de littérature havrais
qui se déroule en janvier. Dis comme ça, c’est déjà une belle opportunité
de participer à un tel projet ! Mais quand en plus en 2017 il ouvrera en
quelques sortes les festivités des 500 ans du Havre... C’est juste énorme.
Mais plus précisément : Notre réécriture est mise en scène et lue par
trois acteurs sur scène au Magic Mirror : Jérôme Kircher, Robinson Stevenin
et Dominique Pinon. Il faut avouer que l’on ne s’attendait pas à un tel
succès de notre projet l’année dernière. Déjà ce sont trois grands acteurs
(qui sont aussi très sympas et ont su rendre l’esprit de la collaboration à
merveille) qui lisent notre texte, et la salle était complète ! Réellement,
des dizaines et des dizaines de personnes ont été refusées à l’entrée
malheureusement. C’est une expérience assez surprenante voire incroyable
pour des jeunes de nos âges quand on y pense...
Et au final cette expérience avait tellement touché le groupe qu’avec
trois autres personnes qui y avaient participé (Joséphine, Anna, Marine et
moi en tout), on avait donné une autre représentation de la réécriture au
sein du lycée dans la salle audio la semaine avant le BAC !
Bref, pour en revenir au projet en lui-même, je pense que l’on se rend
mal compte de la chance que nous avons de pouvoir faire partie d’un projet
avec une telle envergure...

- Très bien, merci beaucoup pour le temps consacré à cette interview et à
très bientôt avec les Boloss !

Par Alexandre Logez et Abigaëlle Toutain